Labeyrie sas

 

Terre du foie gras, les Landes sont riches de producteurs comme de transformateurs, entreprises familiales ou de taille internationale. Parmi ces dernières, Labeyrie comme chaque année a fait cet automne feu de tout bois, puisque le foie gras est en France principalement consommé lors des réjouissances de fin d’année.

Produit de fête qui résiste à la crise, le foie est avec le saumon, les plats cuisinés ou les blinis le point fort du groupe Labeyrie ou Labeyrie Fine Foods. Cet ensemble pèse aujourd’hui 800 millions d’euros, et sa filiale Labeyrie a lourdement investi pour se renforcer dans le foie gras. D’abord avec l’abattoir de Came rénové cet été pour 7,3 millions d’euros, mais également en diversifiant ses préparations.

Aujourd’hui, le foie gras le plus prisé est à 70% commercialisé en demi-cuit. Et Labeyrie de lancer des  recettes de foie gras, avec des piments d’Espelette ou des gammes de poivres, mais aussi via des conditionnements pour l’apéritif ou en petites parts. Le tout mitonné dans ses locaux de Saint-Geours de Maremne avec 600 personnes exclusivement dédiées au foie gras.

Avec 25% du marché, la société est leader avec 115 millions d’euros de ventes dans le foie gras. Et son directeur général, Jacques Trottier, estime même que la marque va cette année dépasser pour la première fois en volume les marques distributeurs. Fleuron de la gastronomie, le foie gras porte avec Labeyrie les valeurs du sud-ouest: des terroirs authentiques, des produits de qualité, un savoir-faire hérité de la tradition. Car, point fort, le foie gras est désormais en France une entrée sacralisée, la formule mi-cuit permettant aussi à chacun d’y ajouter sa touche personnelle.